Manteau : Maurice Daquin / Sac : Chabrand / Combinaison : Forever 21 / Kimono : Newlook / Escarpins : Tout pour Elle / Foulard : Galeries Lafayette / Ceinture : H&M /Bracelet : J'ai épousé une Perle

Sous le veeeennnntt ! 


Après avoir dévalisé Forever 21 lorsque je suis allée à Paris et Newlook lors de l'ouverture à Grand Littoral, je vous propose un look tout frais, tout neuf. Frais comme le vent qui souffle ces derniers jours sur la cité phocéenne. Mais qu'importe le temps est magnifique et le soleil réchauffe nos corps et nos cœurs (je suis d'humeur poète). 

J'ai donc décidé de sortir du placard cette combinaison pantalon blanche que je trouve magnifique et de l'assembler avec mon nouveau kimono préféré (le seul.. Quoiqu'il faudrait que je fouille un peu avant d'être si catégorique). 

Ma mamounette a également participé dans la conception de ce look. Il faut savoir, que contrairement à moi qui suis une accro au shopping, à l'affût de bons plans et de nouvelles tendances, ma mère elle ne se préoccupe en aucun cas de ça. Les vêtements c'est tout d'abord utile et confortable et ensuite ça peut être joli. J'exagère quelque peu, mais l'essentiel est là. 

J'ai donc était très surprise lorsqu'elle a décidé de mettre sa touche dans mon look. On discutait et elle eut une illumination "Attends Mariama, j'ai un foulard "que je viens d'acheter" --> AH BON ? qui irait très bien avec ta tenue". Ma mère n'achète jamais rien, et encore moins de foulards...

Pensez-vous, j'ai écarquillé les yeux, un peu comme lorsque tu as découvert il y a quelques mois que Beyoncé et Jay Z voulaient se séparer (Blasphème, excusez moi). 

J'ai donc complété ma tenue du foulard de mamounette shoppé aux Galeries Lafayettes, de ma ceinture adorée, trouvée il y a quelques temps chez H&M et de mon sac de saison préféré, le sac bowling Chabrand.  

Vous pouvez aussi découvrir les nouvelles couleurs de bracelet Marelle du créateur J'ai épousé une Perle que je porte. Du pep's, de la couleur, le printemps est là, et ça se sent. Ça y est je revis (oui, bon par contre le changement d'heure n'était pas nécessaire...). Allez, je file au sport (oui, je m'y suis remise, c'est cyclique) avec Manon et Elodie

Des bisous











Casting Tyler James Williams, Tessa Thompson, Kyle Gallner, Teyonah Parris, Brandon P Bell, Brittany Curran, Justin Dobies, Marque Richardson



A l'occasion de la sortie en salle de Dear White People pensé et réalisé Justin Simien, j'avais envie de faire un post un peu différent. Il y a quelques temps, j'ai eu l'opportunité d'assister à la projection en avant première lors des Brown Sugar Days au grand Rex à Paris. J'ai vraiment été touchée par ce film et me suis retrouvée dans certains personnages, et certaines situations. Le synopsis est le suivant : 

Samantha White, étudiante métisse dans une université de l'Ivy League, anime une émission de radio engagée et très controversée appelée «Dear White People». Sam veut dénoncer les discriminations faites à l'égard des afros-américains. Enfermée dans un clan Afro elle ne peut pas vivre son idylle avec un jeune homme blanc, au risque de passer pour une traîtresse aux yeux de son groupe. Auteure de phrases assassines, on suit l'évolution du combat de Sam White et de ses amis ou opposants. On découvre aussi le personnage de Coco, une jolie jeune femme tentant de se faire connaitre, se cherchant et cherchant sa place dans cette université. La rencontre entre les deux jeunes femmes ne sera pas de tout repos. Lionel, autre personnage attachant à la coupe afro (je veux çaaaaaaaa), ne sait pas lui non plus comment se positionner et s'affirmer vis à vis de son homosexualité et de son appartenance ethnique.  






Ne surtout pas faire de vagues ! 

Aujourd'hui - et ça tombe bien avec l'actualité, les résultats des élections et la sortie de ce film - j'ai envie de vous parler du racisme ordinaire


"Oui mais toi c'est pas pareil, t'es bien intégrée, tu parles français, t'as fait des études, et puis t'as été adoptée aussi..".

Euh... Quoi ? Tu peux répéter ?!



L'effet Brebis Galeuse

Si vous croyez qu'il n'y a pas de racisme intra-communautaire vous vous trompez. Pour certain(e)s je suis jugée comme étant une "fausse noire". Il y a vraiment des cons partout, et honnêtement quand tu entends des gens dire des choses pareilles, mis à part les regarder de façon hébétée, sur le moment tu ne sais pas trop comment réagir. 


Est-ce du 1er, du 2nd  ou du 250ème degré ? Et oui, on m'a déjà dit que "je me prenais pour une blanche" (WTF ?), les tissages, les mini-jupes, le fait de ne pas se cantonner à sortir qu'avec des africains, ça fait tâche (true story). Mais comment suis-je censée m'habiller pour convenir à cette norme ? Norme que je ne partage pas ? Dois-je renier qui je suis, moi Mariama, personne à part entière, pour me conformer à ce que des inconnus voudraient que je sois ? En aucun cas. Je suis libre d'être qui je veux être, de m'habiller comme je l'entends, et de sortir avec qui je veux...



Sérieusement, je m'en fiche cordialement de ne pas sortir qu'avec des gens de ma communauté, et désolée de penser qu'indépendamment d'une origine ou d'une couleur de peau, une personne peut me convenir... Je pense tout simplement qu'il faut évoluer et arrêter de se cantonner aux origines des gens pour émettre un jugement quel qu’il soit, sur quelque sujet que ce soit. Donc oui, je peux complètement convulser en voyant Chace Crawford, Shemar Moore, Wentworth Miller ou encore Julio Iglesias junior. Ok, il fait chaud d'un coup non ? 



Je suis donc une brebis galeuse, une de celle que l'on juge déviante et au comportement d'une part non conforme par rapport à ce qui serait attendu et d'autre part érigé en exemple ou en excuse (oui mais toi c'est pas pareil / J'ai une amie noire) [rires]. Je me dis que cette catégorisation constante est pesante, et oppressante parfois. Si je n'avais pas conscience que je suis un individu à part entière je pourrais être complètement paumée, et ne pas savoir où et comment trouver ma place



Mr X, relou dans la rue : "Hey sista, t'es sérieuse tu sors avec un Babtou ?"
Moi, exaspérée : "T'as pas honte d'être aussi con ?"

S'en suit une série d'insultes et de phrases incompréhensibles pour moi, qui malheureusement ne parle pas wolof. Déjà, je ne suis pas ta soeur, ensuite j'ai encore le droit de fréquenter qui je veux, et puis qui es-tu pour oser me dire ça ? Je ne l'accepterai pas de mes amis, alors toi inconnu penses-tu avoir une quelconque légitimité pour me dire ça ? Espèce de #%X$'~@ !!!!!! 



Hypocrisie bonjour !

Ce qui est drôle (comprenez affligeant) dans ces discours c'est surtout lorsque j'entends, ou qu'on Ose me dire que "moi c'est pas pareil, je suis bien intégrée". Comment ça "intégrée", je suis française, ma couleur de peau entraîne donc une intégration nécessaire ? Je ris de voir ces mêmes personnes porter du bazin ou de la wax et des motifs ethniques, parce que c'est "tendance", tandis qu'elles ne supporteraient pas se balader à Noailles ou à la porte d'Aix. L'ethnique est tendance mais dans les rayons de magasin. Cette hypocrisie m'insupporte. 


Je ris aussi en entendant d'un autre côté "tu te prends pour une blanche ?". Le racisme appelle le racisme, tout comme le fait de savoir qui de l'oeuf ou de la poule est arrivé en premier, c'est un cercle vicieux. Des cons il y en a partout, et ce quelque soit la communauté, il faut arrêter avec ces stigmatisations. On est déjà soi-même toujours en constante recherche de ce que l'on n'est ou n'a pas, les asiatiques se débrident les yeux, les africaines veulent des cheveux lisses, les visage pâles veulent bronzer... Les autres n'ont pas besoin d'ajouter leurs grains de sel. 

A bon entendeur, 



Des bisous.

Une ouverture attendue


C’est la période des bonnes nouvelles ! Newlook s’est enfin installé à Grand Littoral le 20 mars. Après Primark, H&M, Bershka, Zara, Mango… un autre géant du prêt à porter ouvre ses portes dans notre cité phocéenne. Qui a dit qu’il ne se passait rien à Marseille (Moi ? pfff). La ville bouge et se développe peu à peu, et en termes de mode ça fait plaisir – allez dire ça à ma banquière – et ça ouvre de nouveaux horizons stylistiques. C’est chouette. J’ai donc, comme vous le savez eu la chance de collaborer avec Newlook et de vous faire gagner 3 bons d’achats d’une valeur de 75 €.

Excitée comme un premier jour des soldes, j’avais hâte de découvrir la boutique. L’attente a été récompensée. Je suis entrée dans un magasin clair, avec des espaces bien définis et identifiables (alleluia), et le must, il n’y avait pas tant de monde à mon arrivée donc je pouvais circuler facilement et sentir mon cœur palpiter à la découverte d’une nouvelle pièce au détour d’un rayon.

Messieurs, je suis désolée de vous apprendre que ce magasin est uniquement féminin. En revanche nous autres femmes avons été gâtées. Un mur d’escarpins, un corner shoes à en faire pâlir plus d’une, un joli rayon accessoires, un mur lingerie, une partie Denim, une autre dédiée à la plage, un rayon d’habits classiques (entendez par là, classes à pour un entretien d’embauche), et d’autres rayons pouvant convenir à tous les styles.

J’ai donc ajouté à ma garde-robe des tenues printanières et estivales. Des pièces classiques et d’autres plus funky, comme des crop tops unis à dentelle, ou encore des combinaisons short à motifs, des blazers et pulls à motifs

Invitée avec mes amies blogueuses du sud, Amélie, Elodie et Manon nous avons dévalisé le magasin avant d’aller récupérer les calories dépensées chez burger King, un vrai bonheur cette Plazza GrandLitt’oh. Et en repartant j’ai fait un arrêt forcé chez Starbucks vous vous doutez bien. Une bonne façon de terminer son repas (gargantuesque) avec un Frappuccino Mangue Passion !

Je vous laisse sur les images de la nouvelle boutique NewLook Marseille Grand Littoral.


Des bisous 












Manteau : Friperie / Jegging : Pimkie / Tour de coup : Création d'Oriane / Boots : Tout pour Elle 


C'est grâce à un moment comme celui là, passé à contempler le paysage que je me dis que j'ai vraiment beaucoup de chance d'habiter ici. Sans chauvinisme aucun, je trouve juste que la ville de Marseille depuis quelque années tend à être sublimée. On remerciera Marseille capitale européenne de la culture qui a donné un sacré coup de fouet aux rénovations, et a tout simplement donné l'impulsion qu'il fallait pour un renouveau que l'on n'attendait plus... 

Ici, la température s'est nettement rafraîchie. J'ai donc ressorti mon manteau cocooning jaune a fourrure marron, chiné dans une friperie, que je pensais abandonné jusqu'à l'hiver prochain. Les bottes fourrées, achetées chez Tout pour Elles étaient aussi de rigueur pour garder mes petits orteils au chaud pendant ma balade le long du Vieux Port avec ma maman. Je suis frileuse, j'ai donc profité de ce "retour du froid" pour porter le tour de coup fabriqué par ma meilleure amie Oriane, bien pratique lorsqu'une bourrasque de vent s’engouffre entre le manteau et la nuque. 

Après cette balade revigorante, nous nous sommes arrêtées à une terrasse de café sur le vieux port pour contempler le coucher de soleil en buvant un verre [l'abus d'alcool est dangereux pour la santé]. Et vous Marseille, qu'est ce que vous en pensez ? 

Des bisous






La maroquinerie marseillaise par excellence


Me revoilà pour un nouveau post. Aujourd’hui je vous invite à découvrir ou redécouvrir un bon plan mode/accessoire à Marseille. Nous avons été invitées à une présentation de la nouvelle collection printemps été 2015 de la marque Chabrand, aujourd’hui pensée par Julien Lin qui nous propose des sacs, pochettes, attachés case, valises … de qualité, à un prix abordable. Des modèles modernes aux couleurs punchy ! Parfait pour les mois qui arrivent. J'ai fondu pour ces couleurs, j'adore. Fan de tenues classiques, adeptes du total look black en hiver et des tenues blanches et pures en été, vous pourrez accessoiriser votre look avec un sac bleu, ou jaune et réhausser votre tenue en lui donnant du pep's.

Nous avons aussi pu découvrir la superbe collaboration de la marque avec Folklo by Ka. Folklo by Ka, tu ne connais pas ? Ce sont deux jeunes femmes pétillantes (Camille Maurin et Chloé Lecat) créatives et bourrées de talent, spécialisées dans la maroquinerie. Elles imaginent des pièces mode et 

Une fois de plus avec leur collection capsule Arizona, elles nous surprennent avec une ligne rock, chic et tendance. Un mix parfait entre des modèles rock, et d'autres plus ethniques. On retiendra les franges et les clous de la collection, très tendances cette année. Une ligne composée de 3 modèles, le cabas, le sac seau et le bowling, déclinés en 3 coloris (noir/bleu cobalt ; beige/bleu clair ; blanc / vert).

Avec des copines de la blogosphère marseillaise, Amélie du sogirlyblog, Elodie blog mode, Manon Cquoilamode, Miss Chut mon secret, Clélia du blog Hypiness, Julie de From Toulon With Love et Laurie de We wash Trash, nous avons craqué pour la collection et le sac seau, que l'on peut aussi porter en sac à dos. Nous avons eu la surprise et le plaisir de recevoir en cadeau le sac bowling dans la couleur de notre choix. Au top n'est ce pas ? Pensez-vous je l'ai choisi blanc/vert, pour enfin changer de mes sempiternels sacs noirs. Vous allez le voir bientôt par ici ! 

Et, psst, il y a aussi un cadeau pour toi qui me lis ! Pour fêter l'arrivée du printemps et de la nouvelle collection, Chabrand vous offre - 15 % sur la nouvelle collection jusqu'au 29 mars dans les boutiques Chabrand. Cours vite en magasin et profite de la réduction en imprimant le bon suivant : 



Où trouver Chabrand et la collab avec Folklo by Ka
Dans leurs boutiques à Grand Littoral et aux Terrassses du port. 


Des bisous.


(c) Chabrand

(c) Chabrand


(c) Chabrand

Le sac seau
Un enthousiasme déconcertant des blogueuses du sud (rires).

(c) Chabrand


(c) Chabrand


(c) Chabrand

Collier : Pimkie / Gilet : H&M / T-shirt : Celio / Jegging : Pimkie / Bottes de pluie : Primark / Parapluie : La chapellerie / Sac : Tati

Tiens donc, un nouveau post look sur le blog. Ca faisait longtemps que je n'avais pas shooté et posté de looks par ici. Je me suis totalement laissée dépasser par mon train-train quotidien. Shame on me, je sais... Mais je me rattrape aujourd'hui en vous postant un look d'après pluie. J'en profite pour vous présenter mon nouveau Gilet/pull H&M fétiche, un clin d'oeil au soleil (qui me manque cruellement) avec ses lignes jaunes

En bonne blogueuse marseillaise que je suis, en voyant les 3 petites gouttes tomber, je me suis équipée de tout l'arsenal disponible dans une telle situation de crise (oui la pluie...). Bottes de pluie achetées chez Primark, Parapluie de compétition trouvé à La Chapellerie - vous savez cette petite boutique centenaire collée à l'écailler Toinou - XXL, un jegging bleu nuit acheté chez Pimkie, un t-shirt manche longue Celio (dressing du daddy) et mon gilet doudou tout doux et en relief. J'étais parée à toute averse potentielle. Il est vrai qu'il ne pleut pas si souvent à Marseille, mais on (nous autres gens du sud) trouve tout de même le moyen de se plaindre, et d'avoir des accidents de voiture (TRUE STORY : Les Marseillais et la pluie ne font pas bon ménage)... Qu'est ce que je peux être médisante [rires].  

Sereine, j'ai rejoins Elo pour découvrir la nouvelle boutique Elf, rue Espariat à Aix-en-Provence (je vous en parlerai dans un prochain article). Vous vous doutez bien qu'en ayant pris toutes mes précautions, et en étant parée à toute éventualité, il n'a pas plu une seule goutte... Comme le disait Edward Murphy« Si ce gars a la moindre possibilité de faire une erreur, il la fera (If that guy has any way of making a mistake, he will). ». Mais si vous connaissez ce vieux Murphy : si une tartine tombe, elle tombera forcément sur le côté beurré (oui, je sais que la physique explique très bien ça aussi, mais j'aime bien Murphy, alors chut), bon euh je n'ai pas d'autres exemples en tête, mais le principe est le suivant, tout ce qui semble ne pas pouvoir être pire, peut l'être. 

Toute cette démonstration pour vous expliquer la présence de mes bottes de pluie et de mon parapluie alors qu'il semble faire beau... J'espère d'ailleurs que ce look aura au moins le mérite de vous plaire (parce que porter un parapluie quand il n'y a pas une goutte c'est pénible [rires]). 

Des bisous du pays d'Aix